Vérifer la Disponibilité

Arrivée Départ


Promotions

Early booking with best price
Early booking with best price
Early Booking Offer: Book early and Save now!
Florence Hotel Park Palace offer a special deals with discount on advance and prepaid booking: will get a 10% discount on our best price.

Book now your visit to Florence city and[...]

Entre de douces collines et des quartiers riches d'histoire

Des vues étonnantes, des villas et des palais historiques, ainsi que de splendides paysages se retrouvent dans ce parcours qui présente quelques aspérités, et se révèle particulièrement intéressant par le rassemblement d'art et d'histoire qui le caractérise et qui a inspiré de nombreux artistes toscans et internationaux. Le bout de chemin sur les Lungarni (Le Lungarno, Lungarni au pluriel en italien, désigne les quais le long du cours de l'Arno) est le plus aisé. Il est possible de toute façon d'effectuer le retour en utilisant le bus qui mène de la place Piazza Poggi à la Piazzale Michelangelo et au boulevard Viale Galilei.

Fiche technique:

Longueur du parcours: à pied environ 4.5 km
Temps nécessaire: étant un parcours particulièrement intéressant, on conseille de l'effectuer (à pied) en deux temps pendant la journée, environ 2 ou 3 heures le matin et autant l'après-midi.

Parcours:

Sortez de l'hôtel, tournez à gauche sur le Viale Galilei et aux feux de signalisation prenez encore à gauche, en empruntant l'étonnante Via San Leonardo. Cette rue, qui doit son nom à l'église dédiée au saint d'origine française qui vécut entre la fin du V et VI siècle et est le protecteur des prisonniers, est presque comme un couloir, fermé de bas murets dont au-delà on peut deviner, entre les oliviers, de splendides demeures privées. À l'angle avec le boulevard, à gauche, vous remarquerez une villa où, en 1878, y habita et composa le grand musicien russe Peter Iliych Chaikovsky. Il avait entamé un rapport platonique et epistolaire avec la très riche veuve Nadezda von Meck qui avait pris en location la Villa Oppenheim, et qui s'était passionée de sa musique. Le compositeur lui dédia même une symphonie. Vous remarquerez ensuite la Villa Lauder , caractérisée par son crépis de couleur rouge brique et par une belle loge de style renaissance, au premier étage. Continuez votre chemin et, à la hauteur du n°49, vous pourrez apercevoir sur la façade de cette modeste maison une palque qui indique le lieu où Ottone Rosai demeura de 1933 à 1957. Ce peintre florentin représentait dans ses peintures précisément cette rue et les angles plus caractéristiques des routes et des places du quartier de l'Oltrarno (le quartier de Florence situé sur la rive gauche de l'Arno). Dans la maison d'à côté , au n°41, a vécu Mario Pratesi, écrivain toscan du VIII siècle. Vous arrivez maintenant à L'église de San Leonardo du XI et XII siècle, mais plusieurs fois restaurée. À l'intérieur, se trouve la splendide chaire du XIII provenant de l'église de San Pier Scheraggio, de laquelle prononcèrent leurs discours des personnages célèbres comme Giano della Bella, Dino Compagni et Giovanni Boccaccio. Vous êtes presque arrivés au fond de la rue San Leonardo, près de la Porta San Giorgio , du XIV siècle, appartenant à la sixième enceinte de murailles urbaines et attribuée à l'Orcagna (Andrea di Cione di Arcangelo, dit l'Orcagna, peintre et sculpteur italien du XIV), sur laquelle vous remarquerez la copie de Saint Georges terrassant le dragon, d'Andrea da Pontedera. Suite à l'assiègement de Florence en 1529, Michel-Ange, responsable des fortifications, conseilla de rabaisser la porte de façon à être moins vulnérable aux coups de canons. Mais avant de la dépasser nous vous conseillons une visite au Forte di Belvedere qui se trouve à votre gauche. Aussi appellé La Fortezza di Santa Maria, le fort du Belvédère offre un spectaculaire panorama. Il fut construit dès 1590 par Ferdinand Ier de Médicis afin de dotter Florence d'une forteresse qui pouvait défendre la ville du haut, mais surtout pour conserver le trésor de la famille Médicis. Le facile accès au jardin de Boboli permettait aux membres de la famille un refuge sûr en cas de soulèvements. De nos jours y sont reçues des nombreuses expositions de sculpture en plein air. Quand vous avez dépassé l'arc, empruntez la Costa San Giorgio, du nom de l'ancienne église de Saint Georges et de l'Esprit Saint . L'église, antérieure à l'an mille, était l'un des principaux prieurats de Florence au Moyen Âge, et le jeune Giotto di Bondone (peintre, sculpteur et architecte italien du XIV) y exécuta le tableau de la Vierge et l'Enfant au trône et deux Anges que l'on peut trouver aujourd'hui au Musée de Santo Stefano. Dans les années 1705-1708, l'intérieur de l'église fut décoré en style rococo, mais suite à la réforme napoléonienne, l'édifice et le couvent annexé furent supprimés pour recevoir le siège de la caserne Vittorio Veneto, qui formait des élèves officiels de médecine et de paharmacie pour l'École de Santé Militaire. L'édifice est aujourd'hui siège de l'Église Orthodoxe Roumaine. La première partie de la rue est garnie de villas avec jardins qui sont ensuite de plus en plus remlpacées par des édifices à structure médiévale. Sur votre droite, au n°2, se trouve l'entrée de la Villa Bardini construite en 1641 sur une fondation médiévale préexistante. Pour sa splendide position panoramique elle fut aussi appelée Villa Belvedere, et faisait partie des «Casini di Delizia» (maisonnettes du plaisir) répandues à Florence entre la fin du XVI siècle et la première moitié du XVII. Ces villas construites pour le bien-être des seigneurs étaient entourées de cultures agricoles ayant un objectif non seulement productif, mais aussi ornemental. Le Jardin est caractérisé d'un grand escalier baroque, de prés à l'anglaise riches de plantes officinales et ornementales, d'étagements occupés d'oliviers et d'arbres fruitiers, de très beaux bosquets et d'un parc agricole. À la Villa Bardini sont organisées de nombreuses expositions. Au n°17, se trouve la maison de casa di Galileo Galilei de la tourelle de sa chambre, entreprenait ses recherches astronomiques. Tournez maintenant à droite et empruntez une route encore plus raide mais charmante, la Costa Scarpuccia, jusqu'à rejoindre la rue de' Bardi appelée d'abord Borgo Pidiglioso c'est-à-dire "pidocchioso" (pouilleux) à cause de la misère de la population qui y habitait. Avec l'arrivée des Bardi, qui commencèrent à construire des maisons et des tours, la rue a pris le nom de la puissante et riche famille florentine. Au n°12, devant le célèbre cyprès, se trouve la maison où habitait Giovanni Papini , célèbre écrivain florentin. On peut apercevoir ensuite l'église de Chiesa di Santa Lucia dei Magnoli u XI siècle, qui fut plusieurs fois restaurée et qui abrite un précieux tableau de Pietro Lorenzetti; et la tour des Bardi, au n°44. Vous arrivez maintenant à la place Santa Maria Soprarno où se dressait l'une des plus anciennes églises paroissiales de la ville, érigée en 1210 et appelée ainsi parce que construite sur les rivages du fleuve Arno. Malheureusement, l'édifice disparaît en 1869 en concomitance avec les aménagements des Lungarni (quais de l'Arno). Poursuivez à droite en passant par Lungarno Torrigiani. Ce nom dérive de celui de l'importante famille florentine qui possédait initialement une maison-tour dans le centre de la ville, et qui s'est ensuite déplacée de l'autre côtè du fleuve où ils firent construire quelques palais dont le magnifique Palazzo Torrigiani que vous rencontrerez plus tard. Traversez maintenant le jardin public d'où vous apercevez la néo-gothique église luthérienne (Chiesa Luterana), laissant à votre gauche le pont Le Pont alle Grazie Ce pont s'appelait autrefois ponte di Rubaconte du nom du podestat qui le fit construire en 1237, pour ensuite prendre le nom de "alle Grazie" par la présence d'un tabernacle du XIV siècle qui contenait une "Madonna delle Grazie", du style de Giotto et très vénérée des florentins. Par là, passaient des ambassadeurs, des princes, et des cardinaux qui en transitant par Florence étaient reçus dans les maisons des Mozzi, un peu plus loin. Entrez maintenant dans la Place de' Mozzi, dont le nom est celui des puissants banquiers du XIVè siècle qui géraient même la trésorerie pontificale. Vous admirerez dans cette petite place du XV siècle une série de splendides édifices : au n°2 se trouve le Palazzo Mozzi typiquement du XIII et XIV siècle, ayant appartenu à la famille homonyme; au n°5 vous pouvez apercevoir le Palazzo Torrigiani ,construit probablement sur projet de Baccio d'Agnolo; au n°4 vous trouverez le, Palazzo Torrigiani-Nasi, , al n° 3 Palazzo Lensi-Nencioni du XV siècle et finalement vous verrez au n°1 l'édifice où se trouve le Museo Bardini . Cet édifice dérive de la transformation de l'église de San Ghirigoro della Pace du XIII siècle. L'antiquaire Stefano Bardini récolta entre le IX et le X siècle une riche collection privée, léguée ensuite à la Commune de Florence, contenant des sculptures, des peintures, des meubles, des medailles, des petits bronzes, des tapis orientaux, des instruments musicaux et des pièces que Bardini lui-même allait chercher entre les décombres. Le palais est original dans sa construction. En effet des pièces anciennes ont été utilisées aux portes,aux fenêtres et aux arcades. Le chef-d'oeuvre du musée est le San Michele Arcangelo (Saint Michel Archange), tableau du XV d'Antonio del Pollaiolo. Poursuivez maintenant par la rue Via de' Renai et à l'angle avec Lungarno Serristori admirez le Palazzo Serristori ui pris le nom de la célèbre famille descendue de Ser Ristoro qui avait initialement acquis ses maisons dans le quartier de Santa Croce, et transféra ensuite ses descendants de l'autre côté de l'Arno, dans le quartier de San Niccolò. Le Palazzo Serristori, restructuré en 1873, a acceuilli des personnages illustres comme par exemple Gioacchino Murat, le prince russe Nicola Demidoff, Girolamo et Giuseppe Bonaparte. Vous arrivez à présent sur la Piazza Poggi, où le décor est souligné d'une série d'escaliers et de terrasses plongées dans le vert et ornées de bassins d'eau et de grottes. Se sont les Rampe di San Niccolò , projetées par l'architecte Poggi, qui se terminent dans la terrasse panoramique de la. Sur la droite de la place se dresse la Porta S. Niccolò . Construite en 1324, elle est l'unique porte de Florence ayant survécu et ayant conservé sa hauteur originelle. Dirigez vous vers la caractéristique rue San Niccolò, qui fait partie de l'ancien quartier médiéval, populaire et artisanal. On peut y trouver des boutiques d'antiquaires et des ateliers artisanaux comme ceux du fer forgé. Au n° 60/r, vous pourrez vous arrêter à Antica Mescita San Niccolò, ancien lieu de paiement des droits pour le vin provenant de Chianti, et transformé au début des années 1800 en lieu de vente alimentaire et comptoir à vin. Après l'inondation de 1966, pendant la restauration, la crypte romane de l'église de San Nicola est remise à neuf. Actuellement, il est possible d'y déjeuner et d'y goûter la typique cuisine toscane. Continuez votre route jusqu'à la porte San Miniato , et empruntez la rue San Miniato. À ce point, vous avez le choix entre deux itinéraires pour revenir à votre hôtel : l'un plus "fatigant" et l'autre plus "soft". Le premier suit la pente de la rue del Monte alle Croci, caractérisée par la " Via Crucis" au terme de laquelle vous arriverez à l'Église de San Salvatore al Monte. Cet important édifice de la Renaissance, simple et rigoureux dans sa structure, fut construit entre 1499 et 1504 par Il Cronaca, sculpteur et architecte de la Renaissance. Le vitrail de l'entrée latérale de l'église fut réalisé sur dessin de Pietro Perugino et représente Dieu le Père bénissant entouré de chérubins et assis sur un trône de nuages. On attribue aussi à Perugino les vitraux Les stigmates de Saint François, celui de Saint Jean-Baptiste, de Saint Antoine de Padoue, et celui de Saint Jean l'Évangéliste. En sortant de l'église et en continuant à gauche, vous pouvez remonter jusqu'à la Basilique romane de San Miniato al Monte, datant du XI siècle. Comme pour le baptistère, elle est revêtue de marbres blancs et verts et conserve à l'intérieur des oeuvres de grande valeur, comme la Chapelle du Crucifix (Cappella del Crocifisso), de Michelozzo. À l'extérieur, se trouve le cimetière qui abrite les restes de beaucoup de célébrités comme Papini, Villari, ou encore Carlo Lorenzini. En sortant de l'église, rejoignez le boulevard Viale Galilei et tournez à droite. Vous vous dirigez maintenant vers la place Piazzale Michelangelo . L'incomparable panorama auquel vous assisterez de la "terrasse" vous remettra de la fatigue que vous avez affrontée jusqu'à présent. Vous remarquerez retour la statue du David, la Loggia, qui dans les intentions de l'architecte Poggi devait accueillir les dessins des chefs-d'oeuvre de Michel-Ange. Aujourd'hui, l'édifice est utilisé comme bar et restaurant. Vous pouvez donc en profiter pour boire un café ou un apéritif "avec vue"!. . Enfin, pour retourner à votre hôtel, vous pouvez parcourir le Viale Galilei ou si vous êtes fatigués vous pouvez prendre le bus n°13 qui vous amènera juste devant le Park Palace. Si par contre vous ne voulez pas tant marcher, vous pouvez suivre la parcours plus soft qui partant de la rue de San Miniato, passe par la rue Via di Belvedere, parcourt un bout de chemin le long des murailles qui ont échappé à la démolition actionnée par l'architecte Poggi, et mène au Forte Belvedere. D'ici, vous devez reparcourir la route faite à l'aller, et en remontant la rue San Leonardo vous aboutirez sur le Viale Galileo. Tournez à droite et rejoignez la place Piazzale Galileo.

Le long du parcours
Édifices historiques, monuments:


Forte Belvedere
De mardi à dimanche de 11h à 16h.
Fermeture le 24/12 et 31/12.

Musée Bardini et Gallerie Corsi
Jours ouvrables: 9h-17h, Fériés : 9h-14h - Fermé le vendredi - Fermeture dominicale à partir du 1er août 2006.

Jardins Bardini
Lundi à Dimanche 8h15-16h30 en novembre, décembre, janvier et février.
Lundi à Dimanche 8h15-17h30 en mars.
Lundi à Dimanche 8h15-18h30 en avril, mai, settembre, octobre.
Lundi à Dimanche 8h15-19h30 en juin, juillet, août.
Fermeture : premier et dernier lundi du mois, Jour de l'an, 1er mai, Noël.

Basilique de San Miniato al Monte
Fériés: 8h-19h. Ouvrables: 8h-12h30 et 14h-19h.

Église de San Salvatore al Monte
Ouvrables: 7h00-18h00.
Fermé le dimanche.

Église Luthérienne
Les cultes ont lieu 2 fois par mois, toujours le premier et troisième dimanche, et débutent à 10h. Horaires d'ouverture: mercredi et jeudi de 9h à 12h.
Concerts: Les mois d'avril et d'octobre, chaque mercredi à 21h, ont lieu des concerts de musique classique et d'orgue, orchestre de chambre, choeurs. L'orgue de fabrication allemande fut construit en particulier pour des concerts de musique baroque.

Florence Itinéraires Douces collines et Quartiers d'histoire
You are here Florence Itinéraires Douces collines et Quartiers d'histoire